Le rôle du feedback auditif dans le développement de la production de la parole: étude acoustique des voyelles orales du français produites par des locuteurs sourds ayant reçu un implant cochléaire

Mémoire en linguistique (concentration linguistique)
par Anik Demers-Pelletier (Avril 2007)

Direction:

Johanna-Pascale Roy
(Université du Québec à Montréal)

Codirection:

Lucie Ménard
(Université du Québec à Montréal)

Résumé:

Le but de cette étude était d’étudier le développement du système vocalique chez quatre enfants français atteints de surdité profonde de naissance, ayant reçu un implant cochléaire. Des études antérieures ont démontré que l’enfant sourd, privé d’informations auditives, accuse un retard dans le développement de son contrôle moteur (Locke & Pearson, 1992). Les conséquences en seront : un espace phonologique réduit et des valeurs de formants F1 et F2 plus rapprochées, par exemple.
Toutes les voyelles orales ont été extraites des enregistrements audio-visuels portant sur le discours spontané des quatre enfants après 6 à 24 mois d’expérience avec implant. Vingt juges ont écouté ces voyelles et les ont identifiées une à une. Puis, les fréquences formantiques des voyelles ont été analysées : 473 au total.
Nos résultats confirment ceux des études antérieures quant à un développement langagier plus lent chez l’enfant sourd ainsi qu’un ordre d’apparition des voyelles parfois différent. Après 12 mois d’expérience auditive, grâce à un contrôle moteur plus fin, l’inventaire vocalique devient plus riche. Sur le plan acoustique, on remarque une expansion considérable dans le coin grave avec le temps.
Nos résultats sont comparables à ceux d’enfants entendants quant à une diminution de variabilité des valeurs formantiques F1 et F2 et une expansion de l’espace diffus-grave avec le temps (Rvachew et al., 2006).

Recherche > Mémoire et thèses > Résumé d'un mémoire ou d'une thèse